Les Mayas

Calendrier Maya et Science actuelle

Nous savons que le calendrier était si important aux yeux de la civilisation Maya que sur chaque stèle gravée et sur chacune de leurs œuvres, ils ont laissé des inscriptions hiéroglyphiques complexes.
Ces inscriptions mentionnent des dates détaillées et précises.

Nos connaissances scientifiques actuelles nous permettent de mieux appréhender l'histoire de la Terre. Il est interessant de comparer ce qui est considéré comme une légende et les différents signaux d'alarme que nous lancent notre planète.

 

Calendrier maya et planète Vénus

Il est aujourd’hui établi que le point de départ de ce calendrier, le jour « zéro » du Compte long Maya, correspond au 13 août 3 114 avant notre ère.
C’est à cette date que la planète Vénus était apparue pour la première fois au-dessus de l’horizon terrestre, marquant la naissance du cosmos actuel.

Ce compte long n’a pas seulement trait au cycle régulier de Vénus autour de la Terre, qui dure en moyenne 584 jours, mais aussi à son cycle complet par rapport à la rotation de l’axe de la Terre, un cycle qui se compte en millions d’années.

Les Mayas se préoccupaient beaucoup des infimes variations qui créent un décalage entre le plan de rotation de Vénus et l’axe de rotation de la Terre elle-même.

Toutes les dates de leur calendrier font référence au »Grand cycle de Vénus ».

Le manuscrit Maya désigné sous le nom de codex Cospi montre différents aspects de Vénus. Ainsi, avec les cycles de Vénus, les Mayas pensaient pouvoir prédire ce qui arriverait à chaque « mort » de Vénus.

 

 

Les cinq soleils

Mayas et Aztèques pensaient que le monde avait été créé et détruit plusieurs fois. Ils croyaient qu’ils habitaient le cinquième monde ou « cinquième soleil », qui est aussi le nôtre.

En résumé, voici les cinq soleils et l’interprétation que l’on peut en faire mais qui reste subjective :

Le premier monde avait été détruit par l’eau, allusion à une spectaculaire montée du niveau des océans.

Le deuxième monde avait été détruit par un grand vent qui s’abattit sur la Terre et détruisit tout. L’image est plus confuse. Ca peut être une allusion à des éruptions volcaniques qui auraient provoqué d’immenses nuages toxiques. Mais, ça peut également faire référence à des bouleversements climatiques ayant entraîné des tornades, cyclones ou autres.

Le troisième monde avait été détruit par le feu du ciel, allusion peut-être à une météorite ou des éruptions volcaniques.

Le quatrième monde avait été détruit par un déluge de sang et de feu. Là encore, on retrouve le symbole lié aux séismes, éruptions volcaniques et à un cataclysme planétaire du à la tectonique des plaques.

Le cinquième monde sera détruit car la Terre se mettra en mouvement et nous périrons tous. Cette fin du monde est prévue pour le 21 décembre 2012, juste avant le coucher du soleil à l’heure de l’Amérique centrale.

Ce qui est troublant c’est que dans cette fin du cinquième soleil, il n’est pas fait allusion à une catastrophe naturelle typique comme dans les quatre autres mais à un mouvement de la Terre elle-même.

Nos découvertes scientifiques

 

Grâce aux calculs astronomiques assistés par ordinateur, on sait que juste avant le coucher du soleil le 21 décembre 2012, Vénus disparaîtra sous l’horizon occidental tandis qu’à l’est, les Pléiades s’élèveront au-dessus de l’horizon.

Symboliquement, on assistera à la mort de Vénus et à la naissance des Pléiades.

Dans la conception Maya, le Grand Cycle temporel actuel, gouverné par Vénus, prendra fin.

Toute la question est de savoir si à la fin de chaque cycle, un nouveau monde doit recommencer ou non.

Toute cette conception peut paraître fantaisiste. Cependant, je n’ai pu m’empêcher de la comparer avec nos connaissances actuelles sur l’histoire de la Terre.

Des paléobiologistes ont découvert des traces fossiles qui indiquent que « la vie semble avoir été inscrite, gommée et réécrite quatre ou cinq fois, depuis le Cambrien ».
Ce qu’ils ont constaté, c’est qu’à différentes époques de l’histoire, la vie s’est développée pour être ensuite presque instantanément gommée.

A chaque cycle, il s’en est suivi une période où la Terre a été dépourvue de toute vie pendant des millions d’années.

Les grandes extinctions de masse sont prouvées. Là encore, elles n’ont jamais été expliquées clairement. Rentrent-elles également dans ce schéma de mort et de résurrection cyclique ?

Les dernières découvertes effectuées sont également troublantes :

La Terre, comme une toupie, tourne de moins en moins vite sur elle-même. Elle boucle son tour aujourd’hui en 24 h mais il ne lui en fallait que 22 il y a 400 millions d’années.

Le champ magnétique terrestre serait-il en train de s’inverser ?
Sur les 150 dernières années, l’intensité de la composante Nord-Sud du champ magnétique a décru de 10%.
De plus, le pôle nord magnétique a été sérieusement perturbé ces trente dernières années.
(Article paru dans Science & Vie N°229)

La Terre n’a pas toujours été bleue. Il y a environ 750 millions d’années, elle aurait été entièrement recouverte de glace.
Des pôles à l’équateur, une énorme couche de glace aurait recouverte toute sa surface.
C’est du moins ce que pensent de nombreux climatologues. Toute trace de vie aurait été éliminée pendant cette longue période.

Leur hypothèse est la suivante :

Il y a 800 millions d’années, les continents actuels se regroupent en un seul bloc, la Rodinia. Puis, ce super continent se fissure sous l’effet d’une intense activité volcanique.
Des mers s’ouvrent et de gigantesques quantités de basalte son libérées ce qui piège une quantité de dioxyde de carbone.
L’effet de serre perd alors son efficacité et les températures s’effondrent, provoquant la plus grande période glaciaire de tous les temps.
(
Article paru dans Science & Vie N°229 Décembre 2004)

Enfin très récemment, le séisme de Sumatra du 26 décembre, d’une magnitude de 9 degrés sur l’échelle de Richter, a été le plus violent depuis celui qui a secoué l’Alaska en 1964.
Ce séisme a eu des effets sur la rotation de la Terre. Le pôle Nord s’est déplacé d’environ 2,5 cm dans la direction de 145° de longitude Est.

Le séisme a par ailleurs très légèrement accéléré la vitesse de rotation de la Terre sur son axe, ce qui aurait pour conséquence un raccourcissement des journées de 2,68 microsecondes.

Simple coïncidence ou sonnette d’alarme ?

 

Je ne prétend pas avoir prouvé quoi que ce soit avec ce rapprochement entre ce qui est toujours considéré comme une légende par les scientifiques et nos connaissances actuelles. Mais, en lisant les multiples articles sur les découvertes effectuées, je n’ai pu m’empêcher de penser à la prévision des Mayas.

Des études en paléomagnétisme ont établi que la polarité magnétique de la Terre "s'était inversée plus de 170 fois pendant les derniers 80 millions d'années".
Selon un article du géologue S.K Runcorn, Professeur à l'Université de Cambridge, "il ne fait aucun doute que le champ magnétique de la Terre est déterminé directement ou indirectement par la rotation de la Terre". Donc, l'axe lui-même de la Terre aurait changé. Plus simplement, la planète aurait basculé sur elle-même, ce qui aurait entraîné un changement de la localisation des pôles géographiques.

Selon des articles parus dans Nature, la dernière inversion géomagnétique a eu lieu il y a 12 400 ans, au onzième millénaire avant notre ère. On sait que cette période est marquée de grandes extinctions dans le monde animal. (Nature 234,27/12/71)

Certains scientifiques estiment que la prochaine inversion des pôles magnétiques terrestres aura lieu vers 2030. (Article paru dans Nature 12/2/76)

Nous commençons à comprendre le magnétisme terrestre et ce que pourrait provoquer un dérèglement de ce magnétisme.
On sait que les pôles Nord et Sud du champ sont susceptibles de s’inverser. Les laves solidifiées sont là pour en témoigner puisqu’elles pointent alternativement vers les régions australes ou boréales.

Depuis quelques décennies, on a d’ailleurs observé l’extension croissante d’une anomalie du champ magnétique dans l’Atlantique Sud. (Article paru dans Sciences & Vie N°229)

Il ne s’agit nullement d’écrire un scénario catastrophe. Il serait simplement souhaitable de tenir un peu plus compte des mouvements de notre propre planète et des messages qu’elle nous envoie.

 

Source ; http://www.dinosoria.com/maya_science.htm

LES CRANES DE CRISTAL

Le mystère de la prophétie des Mayas

 

 

Les crânes de cristal apparus sur le marché européen à la fin du 19e siècle ont suscité bien des spéculations. Un crâne de cristal appartient au British Museum, un autre crâne à la Smithsonian Institution de Washington. De nombreux particuliers sont également détenteurs de crânes en cristal. Ce mystère a surtout fait l’objet d’une enquête passionnante par deux journalistes de la BBC voici quelques années. Preuves scientifiques et témoignages des descendants des peuples amérindiens nous amènent à nous interroger sur le passé de l’humanité et son avenir. Cette étrange affaire nous ramène au calendrier Maya et à cette fameuse date du 21 décembre 2012 mais également à la mythique cité de l’Atlantide.

 

 

Selon une prophétie Maya, les crânes leur ont été transmis par les Atlantes qui les tenaient des Initiateurs
venus du ciel. Lorsque les treize crânes seront réunis, ils révèleront le secret de la vie, en 2012 de notre ère.

Selon la légende, ils détiennent des pouvoirs de divination, de guérison et médiumnique. Les Mayas pensent que ces crânes contiennent de grandes informations sur l’histoire des humains et des anciennes civilisations. Ces cinq crânes ont été étudiés (entre autre) en 1996 par le British Muséum qui en possède un.
 En 1924, Anna Le Guillon Mitchell-Hedges agée alors de 17 et son père adoptif, l'explorateur anglais Frederick Albert Mitchell-Hedges, découvrent un crâne en cristal de roche dans les ruines d'un temple de la cité Maya " des pierres tombées " à Lubaantùn, au Belize.

 

En dehors de l'absence des sutures crâniennes, c'est une reproduction quasi parfaite d'un crâne humain féminin, pèse 5 kg et est composé de deux morceaux, la mâchoire inférieure s'ajustant exactement à la partie supérieure.

 

 

le crâne possède des propriétés optiques étonnantes : Eclairé par le dessous, la lumière jaillit par les orbites. Frappé à l'arrière par les rayons du soleil, un faisceau lumineux intense ( susceptible de mettre le feu ) jaillit des orbites, du nez et de la bouche.
 

L’énigme posée par ces crânes tient au fait que, selon les experts, seuls des outils du 20e siècle, notamment des mèches recouvertes de diamant, ont pu attaquer un matériau aussi dur que le cristal de quartz. Or, les crânes authentifiés datent d’une période très antérieure à la conquête espagnole. On sait que les peuples amérindiens n’utilisaient pas d’outils pour façonner leurs objets. C’est tout le problème qui se pose aux scientifiques.

 

 Une équipe de scientifiques de la société Hewlet-Packard spécialisés dans la cristallographie ont examinés le crâne et en voici les conclusions après examens :

 

 Il est constitué d'un quartz naturel extrêmement pur, du dioxyde de silicium "piézo-électrique" anisotrope lui procurant une grande stabilité physique, chimique et thermique. Il possède une polarité, réagit à la lumière et à l'électricité, directe ou par pression physique, son axe piézo-électrique est vertical et ses propriétés sont différentes dans chaque direction ; matériau utilisé comme oscillateur ou résonateur, en électronique et en informatique.

 

 Les deux morceaux sont taillés dans le même bloc de cristal de roche. Selon son axe de symétrie moléculaire, ce qui lui confère ces étonnantes propriétés optiques.

 

 Aucune trace d'instrument, ni marque microscopique quelconque. Si les sculpteurs ont lentement et méticuleusement poli l'objet à la main avec un mélange de sable et d'eau, il aurait fallu plusieurs générations d'ouvriers et 300 années pour arriver à ce résultat !

 

 

Sans trace d'usinage, il est impossible de dater sa fabrication (il ne vieillit pas).

 Avec une technologie moderne au diamant il faudrait un an de travail pour obtenir l'aspect extérieur ( mais avec des traces d'usinage), quant aux effets prismatiques, leur reproductibilité est encore plus difficile.
 

Les crânes de cristal détiendraient des pouvoirs magiques qui permettraient l’élévation spirituelle des humains, la production spontanée d’images holographiques et des bruits sonores étranges. Il paraît que les crânes de cristal peuvent parler ou chanter et certains auraient des propriétés de guérison et de clairvoyance.

 

Il existe dans le monde d'autres crânes de cristal, dont la découverte ou l'acquisition ne sont également jamais clairement établies :

 

Nick Nocerino, propriétaire d'un crâne de cristal baptisé "Sha-Na-Ra" a fondé un institut de recherche parapsychologique afin d'étudier leurs propriétés psy. Jo Ann Parks est détentrice du crâne baptisé "Max" et Norma Redo est la propriétaire du crâne "à la croix du reliquaire" (les espagnols ont percé le crâne afin d'y inserer une croix). Le Smithonian Institute et le British Muséeum possèdent également un crâne de cristal.
  

Ces cinq crânes ont été étudiés en 1996 pa le British Muséum dont voci les conclusions : Le crâne du British Muséum et celui du Smithonian Institute portent des traces d'usinage. Pour le crâne à la croix reliquaire, les dents ont été retouchées ainsi qu'évidemment le trou que les espagnols ont percé pour y introduire la croix. Pour les deux autres crânes le British Muséum refuse obstinément de livrer ses conclusions mais également de dire exactement pourquoi!

 

Cependant, il y eu des résultats transmis oralement aux journalistes et aux propriétaires des crânes testés:

 

 

 

Le crâne du British Muséum comporte des traces de meules. Il est donc considéré comme "post-colombien".
Le crâne Sha-Na-Ra de la Smithsonian Institution porte lui aussi des traces de meules.

Ces deux crânes exposés ne sont donc pas si anciens et peuvent être considérés comme des "faux ".

Par contre, le crâne dit "à la croix reliquaire" a bien été fait à la main. Il a du être taillé quelques temps avant ou peu après la conquête espagnole. RIen ne prouve que le crâne de Anna Mitchell-Hedges soit un faux. Concernant les deux derniers crânes, le porte parole du British Muséum a déclaré : "j’ai peur que nous ne soyons pas en mesure de faire des commentaires sur les deux autres crânes" et l’équipe a reçu pour consigne de ne pas faire de commentaires, le British Muséum nie même avoir réalisé ces analyses!

 

Le crâne du British Muséum
Le crâne du British Muséum

 

 

Le crâne de cristal de Mitchell-hedges

 

Cet objet, taillé dans du quartz transparent, composé de deux parties articulées, avait pratiquement les mêmes proportions que celle d'un crâne humain. Les spécialistes découvrirent que le créateur du crâne avait totalement négligé la texture naturelle du quartz, en le sculptant malgré les règles habituelles. Ainsi le crâne semblait disposer d'un système interne élaboré de lentilles et de prismes qui permettait à la lumière de se réfléchir et de se réfracter lorsqu'elle passait au travers. Il va sans dire que le cristal de quartz ne présente pas, à l'état naturel, de telles propriétés. Bien que de nombreux sculpteurs contemporains affirment pouvoir aujourd'hui reproduire la forme externe du "crâne de Mitchell-hedges", aucun n'a pu sculpter une pièce capable de recrée l'étrange phénomène constaté sur la pièce originale.

LES POUVOIRS DU CRISTAL DE QUARTZ

La meule de joaillier n’a été introduite aux Amériques qu’après l’arrivée de Christophe Colomb en 1492. Le cristal de quartz est, après le diamant, la matière la plus dure au monde. Il est impossible de sculpter cette matière à la main. Selon les spécialistes de Hewlett Packard, il aurait fallu un an avec des outils modernes pour sculpter le crâne de Anna Mitchell-Hedges. De plus, même avec nos outils, une pièce aussi précise et fragile se serait brisée sous les effets des vibrations et de la chaleur.

 

Le cristal de quartz fait aujourd’hui parti de notre vie. Le cœur de nos ordinateurs, où toute l’information est stockée, est une petite puce en cristal de silicium. Cette puce utilise les propriétés uniques du cristal pour stocker les informations. Selon les mayas, les crânes de cristal seraient d’antiques ordinateurs. Ils contiendraient d’importantes informations sur les origines de l’humanité et son destin.

 

Le cristal de quartz est depuis peu à la pointe du progrès scientifique : instrumentation de mesure, télécommunications, système radar et sonar … Pourquoi les crânes ont-ils été précisément façonnés dans ce type de quartz? Les civilisations considérées comme « primitives » avaient-elles des connaissances que nous ne possédons que depuis moins de 100 ans?

 

MAYAS, AZTEQUES ET ATLANTES

Selon la légende Maya, les Itzas, venus de l’Atlantide, ont apporté les crânes avec eux. Atlantide se dit "Atlantiha" en langue maya. L’Atlantide a toujours fait parti de la tradition orale des peuples amérindiens. A Tula, une métropole des Toltèques, vieille de plus de 1 000 ans, il y a un temple appelé "Temple des Atlantes". Derrière ce temple, il y a le mur de coatepantliau ou mur serpent, qui est orné de bas-reliefs. Ils représentent une série de serpents avec un crâne humain à la place de la tête. Les archéologues sont toujours perplexes, cette construction est dédiée aux "Atlantes".

 

Ce temple établi un rapport entre un mystérieux groupe d’êtres désignés sous le nom d’Atlantes et l’image du crâne humain. Les prêtres mayas utilisaient les crânes lors de cérémonies dont la signification nous échappe. Cependant, les crânes de cristal "authentifiés" sont anatomiquement parfaits. Celui de Mitchell possède une mâchoire articulée d’où leur surnom par les peuples amérindiens de "crânes qui parlent" et "crânes qui chantent". Selon eux, les prêtres mayas utilisaient les crânes pour prévoir l’avenir en les faisant parler.

 

Voici la reconstitution établie à l'aide d'experts américains en médecine légale :

Reconstitutions médico-légales du visage du crâne de Mitchell-Hedges. Cette femme est incontestablement de type amérindien

LE MESSAGE DES CRANES

Au commencement, il existait 12 mondes où une vie humaine était présente. La Terre était appelée "la planète des enfants". Les onze autres mondes ont rassemblé leurs connaissances dans une sorte d’ordinateur holographique, les crânes de cristal. Ces "Anciens" ont amené ces crânes sur Terre et ont fait don de la connaissance aux hommes. Ils aidèrent les hommes à construire quatre grandes civilisations : Lémurie, Mu, Mieyhun et l’Atlantide.

 

Les 13 crânes étaient conservés dans une pyramide appelée "l’Arche". Plusieurs civilisations ont été les gardiennes de l’Arche : les Olmèques puis les Mayas et enfin les Aztèques. Ces derniers en auraient fait un mauvais usage.

 

 

 

Les crânes furent dispersés par les prêtres Aztèques après la conquête espagnole. Ils devaient rester séparés car leur pouvoir collectif était trop puissant pour être utilisé avec sagesse par l’homme. Le message des crânes est tout à fait d’actualité. Si l’homme continue a prendre à la Terre sans rien lui rendre en échange, le quatrième monde ou cinquième soleil, qui doit prendre fin le 21 décembre 2012, sera le dernier...

 

Source : http://ovni.zeblog.com/